Biographie et vision d’Irina Bokova

Irina Bokova

Irina Bokova UNESCO.jpg

Dans cette section

  • Biographie d’Irina Bokova

  • Vision pour les Nations Unies

  • Positions sur les questions mondiales

Biographie

Née le 12 juillet 1952 à Sofia (République de Bulgarie), Irina Bokova assume les fonctions de Directrice générale de l’UNESCO depuis le 15 novembre 2009. Réélue pour un second mandat en octobre 2013, elle est la première femme et la première candidate de l’Europe de l’Est, à se voir élue à la tête de cette Organisation.

Veuillez trouver ici un lien vers la biographie officielle d’Irina Bokova.

Vision pour les Nations Unies

Irina Bokova: “The United Nations faces a new set of challenges that requires an extraordinary response. Our world is facing the striking brutality of terrorist groups like ISIS; the refugee crisis is of unprecedented scale since World War II; the accumulative effect of climate change is threatening the planet’s eco-system and our lives; the declining global economic growth is challenging our responses to increasing inequalities and persistent extreme poverty.

I believe that more than ever, we need a strong UN to address these challenges. A UN that works in close collaboration with all Member States and with the civil society. A UN that acts in a principled way and is truly championing democracy and human rights. A UN that overcomes its own internal bureaucratic issues to focus on three clear priorities: prevention; resilience; and efficiency.”

Pour en savoir plus sur la vision pour les Nations Unies d’Irina Bokova et ses trois priorités, veuillez consulter son article dans le Huffington Post intitulé « Prévention, Résilience et Efficacité.» Vous pouvez alternativement télécharger l’énoncé de sa vision pour les Nations Unies, intitulé « Paix, durabilité et dignité – le nouvel humanisme pour le monde d’aujourd’hui», directement à partir du site Internet des Nations Unies.

 

Positions sur les questions mondiales

Irina Bokova sur… la prévention des conflits et le maintien de la paix:

 Je partage l’avis du Groupe indépendant de haut niveau chargé d’étudier les opérations de paix que la prévention des conflits armés et de la violence constitue «peut-être la plus grande responsabilité de la communauté internationale». Nous devons utiliser tous les piliers du système de l‘ONU afin de placer la médiation et la prévention au cœur de tous nos efforts. Si je suis nommée, je ne ménagerai aucun effort dans le déploiement des bons offices du Secrétaire Général et de tous les mécanismes pertinents afin de renforcer le rôle préventif joué par l’ONU.

Cela veut dire que nous devons investir dans des mesures d’alerte rapide. Cela veut également dire que nous devons fondamentalement revoir notre approche en matière de maintien de la paix, en nous appuyant sur de nouveaux partenariats en matière de sécurité ainsi que sur des approches cohérentes et focalisées sur le travail de terrain. Face à une nouvelle génération de menaces, nous devons redéfinir et revitaliser les opérations de paix de l’ONU.

Irina Bokova sur… le changement climatique:

La dégradation de l’environnement et l’épuisement des ressources sont les moteurs des mouvements migratoires et de la pauvreté sur toute la planète. Si nous n’agissons pas rapidement, les effets du changement climatique deviendront une source sérieuse de conflits futurs et de pauvreté. Nous devons être unis afin de protéger la Terre et de faire avancer l’accord historique de Paris sur le climat – un exemple de comment le monde entier peut travailler ensemble comme un seul sous la direction de l’ONU

Irina Bokova sur… l’égalité des sexes:

“L’Egalité des sexes est un droit de l’homme élémentaire, et après avoir travaillé avec des femmes inspirantes venues du monde entier, je suis convaincue que l’égalité des sexes possède un pouvoir transformationnel permettant l’édification de sociétés plus pacifiques, inclusives et durables. Tout commence par la garantie de l’accès à l’éducation et à la vie sociale pour les femmes et les enfants.

Il est de notre devoir de protéger et de donner un pouvoir d’action aux femmes, de mettre fin à la violence, y compris celle de nature sexuelle, et de protéger le rôle joué par les femmes dans nos sociétés. Il ne peut y avoir d’excuse pour les crimes effroyables de violence sexuelle, et je considère que l’ONU doit montrer son engagement ferme à mettre fin à l’impunité des violences faites aux femmes et aux filles.

Irina Bokova sur… l’efficacité des Nations Unies:

“Je suis convaincue que pour remplir son rôle, les Nations Unies doivent être adaptées à leur taches et doivent devenir plus efficientes, efficaces et responsables. L’efficience a souvent été sapée par les divisions internes au sein du système de l’ONU, et si je suis nommée, je prendrais toutes les mesures nécessaires afin de les transcender. Je ne permettrai pas à la bureaucratie et à la charge administrative de saper la protection des civils et des personnes innocentes.

La tolérance zéro doit être le mot d’ordre afin d’addresser ces abus. En tant que Président du Comité de haut niveau sur la gestion de l’ONU, et au travers de mon expérience de reformation de l’UNESCO, je suis pleinement consciente des défis à relever et je m’engage à mener à bien ce changement.”